Démarche

 

Artiste-géologue de l’image numérique, mes recherches portent sur le paysage naturel québécois comme marqueur d’un territoire. Je le documente au gré de mes voyages réels et virtuels, puis le réinterprète avec des altérations numériques afin de souligner certains aspects dont l’identité culturelle, l'interaction entre l'humain et son environnement naturel, l’amnésie collective et la perte d’un patrimoine.

Je porte un regard singulier sur le geste photographique en effectuant des interventions et altérations numériques. Mes recherches sont multiplateformes, ainsi je puise ma matière première dans les photos prisent avec mon téléphone intelligent, mon appareil hybride et les captures d’écran que j’effectue à partir de Tweets, de Google Street View et Google Earth, ou même d’accidents (graphique) trouvés sur Internet. Je manipule systématiquement ces images singularisées par leur basse qualité. C’est grâce à des algorithmes disponibles sur le web et à des applications de traitements de l’image (Photoshop et autres applications « open source » disponibles sur le web) que je  re)compose/(re)définit les images. En plus de jouer avec l’ordre, le grain et la texture de la photo, je superpose des écritures graphiques (Retweet, 2014) ou juxtapose des bribes d’images provenant du net (Paysages fracturés, 2014- en cours).

Je documente et archive cet espace significatif au gré de mes déplacements hasardeux ou programmés et de mes voyages virtuels (cf. les captures d’écran). Les interventions que j’effectue révèlent ces lieux sous un angle audacieux, celui du numérique. Je réinterprète (photo)graphiquement ces paysages tout en conservant l’essence et la beauté du lieu.
En effet, ses actions n’ont pas pour but de modifier le paysage québécois, mais de transformer la perception que l’on en a, tout en faisant œuvre de mémoire. Non seulement, j’inscrit ces lieux dans la mémoire collective du numérique, mais aussi je cherche à renouveller la perception que l’on a de ceux-ci en créant de nouvelle occurrence visuelle. Ainsi je change le paysage numérique du lieu pour mieux le révéler et lui offrir une pérennité.

MÀJ Août 2017


Courte bio — Isabelle Gagné est une artiste multimédia qui vit et travaille à Mirabel. Fortement alimentée par son environnement numérique, l’artiste porte un intérêt particulier aux marqueurs du patrimoine québécois, à ses archives et ses paysages. Son travail s’articule par la photographie, la poésie, les archives numérisées et les bots via des dispositifs déployés sur le réseau. Depuis 2009,  son travail est présenté dans des expositions individuelles et collectives au Canada et à l’étranger, notamment à la Gallery on the Corner à Londres (2011), au Centre d’Art Léo-Ayotte à Shawinigan (2012), à la Lunch Box Art Gallery à Miami (2012), à la Factory Art Gallery à Berlin (2013), au Centre national d’exposition au Saguenay (2014, 2018), à l’Irohani Gallery à Osaka (2014), au Mois de la Photo de Montréal (2015, maintenant MOMENTA Biennale de l’image), à TOPO - Laboratoire d’écritures numériques (2017), aux Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie (2018), à Vaste et Vague (2018). à la galerie Amalgame (2019) et chez Sporobole dans le cadre de la Espace [IM] Média  (2019). Pionnière de l’art mobile au Canada, elle a cofondé le Mouvement Art Mobile (MAM) en 2011 et c’est en tant que commissaire qu’elle coréalise l’exposition et le catalogue Mobilisations - L’art mobile au Québec qui a parcouru la province de 2016 à 2018. Elle a coécrit « Pourquoi art mobile », un essai publié dans la revue Théorème aux éditions Presses Sorbonne Nouvelle (2018).


PDF À TÉLÉCHARGER
CV + Démarche